Trouver un doctorat en Angleterre ou aux Etats-Unis, quelques conseils

Le but de cet article est de donner quelques informations/conseils aux personnes qui cherchent un doctorat en maths en Angleterre ou aux USA. Tous les commentaires et propositions de modifications sont les bienvenus.

Contexte

Arrivant à la fin de mon master en mathématiques à l’EPFL, j’avais dans l’idée de chercher une place de doctorat dans un pays anglophone. Fin septembre/début octobre, je me suis donc mis à la recherche de quelques informations dans l’espoir de trouver une place de thèse pour septembre de l’année d’après.

Par où commencer?

La première chose que j’ai faite est de discuter avec deux professeures de l’EPFL avec qui j’ai fait ds projet de semestres et quelques cours. Par rapport à mes intérêts académiques et linguistiques, elles m’ont donné le nom de quelques universités dans lesquelles elles connaissaient des professeurs. J’ai pu ensuite fouiller le web à la recherche d’informations sur ce que faisaient les dits professeurs et sur les universités en question. A partir de là, on a une liste d’universités auxquelles on aimerait postuler.

Les postulations/applications

Le processus d’application est généralement assez long. Voici quelques informations demandées (cela change selon les universités):

  • Informations personnelles
  • Résumé des résultats académiques (parfois, il est même demandé de les envoyer par la poste)
  • CV et/ou CV académique
  • Nom(s) du(des) professeur(s) avec qui on souhaiterait travailler
  • Lettres de recommandation académiques, voir conseils génériques
    Selon les universités entre deux et trois lettres de recommandation sont demandées. En plus, certaines universités (par exemple Cambridge) demandent une lettre de recommandation personnelle.
  • Divers résultats de test (TOEFL, GRE general, GRE specific), voir ci-dessous
  • Le statement of purpose / autres textes, voir ci-dessous
  • Quelques dollars/livres sterling, pour la peine.

Informations générales

  • Deadlines: les délais pour les postulations sont en général compris entre mi-décembre et fin janvier.
  • Les différentes postulation coûtent souvent de l’argent (entre 50 et 100chf). Les tests coûtent cher (250$ pour le TOEFL, 190$ pour le GRE general).

Les tests

Selon les universités et le background de l’étudiant, trois tests peuvent être demandés.

  • Test de langue (TOEFL)
    Les universités demandent souvent un score minimal au TOEFL (entre 80 et 100). En se préparant un peu, il n’est pas trop dur de faire un score potable. Je ne me débrouille pas forcément bien en anglais et j’ai réussi à faire 99.
  • GRE general
    Pour le GRE, je conseille de se préparer un peu. La partie mathématique n’est pas très dure mais il faut ête très rapide. Cela vaut la peine de pratiquer quelques tests blancs. La partie langue n’est pas évidente du tout, à mon goût.
  • GRE specific
    Certaines universités demandent de passer le GRE specific. Il est très important de noter que beaucoup de pays ne proposent que deux sessions par année: septembre et avril. Donc, s’y prendre en octobre est trop tard. Personnellement, je me suis fait avoir et j’ai du éliminer 2-3 universités de ma liste.

Le statement of purpose ou personal statement (et autres textes)

Un certain nombre d’universités demandent un personal statement. Cela peut concerner l’application à l’université ou bien l’application pour des financements. D’autres universités ont des questions plus courtes et plus précises. Voici ce que j’ai rencontré (liste non-exhaustive):

  • Please give an outline of your future career plans and intentions and explain how your proposed studies in Cambridge will help to achieve these aims (Maximum 10 lines, each with a maximum of 130 characters).
  • If you wish to apply for a Gates Cambridge Scholarship, please describe below – in not more than 500 words – how your interests and achievements, both academic and extra-curricular, demonstrate a capacity for leadership and a commitment to improving the lives of others. Please also set out why you think there is a good fit between your professional aspirations and the graduate programme at Cambridge for which you are applying.
  • Please provide a brief statement of your research interests and goals.
  • Personal statement, maximum 2000 words.

La rédaction de ces différents textes m’a pris beaucoup de temps: recherche d’informations, préparation en français, traduction. Ensuite, je l’ai fait relire à une amie américaine qui m’a proposé beaucoup de critiques, me faisant ré-écrire certaines parties, etc. Cela vaut toujours le coup de faire relire ces textes (d’un point de vue des fautes de langues et du contenu). Certaines universités accordent pas mal d’importance au personal statement.

Finalement, c’est assez utile de regarder sur internet. Il y a des exemples et beaucoup de conseils (évidemment, évitez le plagiat!)

Spécificités anglaises

Le fonctionnement des financements de thèse en Angleterre est très différent de celui de la Suisse. Le gouvernement favorise les étudiants anglais et européens au détriment des étudiants des autres pays, comme la Suisse. Ainsi, on peut être accepté par une université et un professeur sans avoir pour autant un financement. Il reste la possibilité de postuler à des fonds privés. Dans tous les cas, cela vaut la peine de postuler aux USA où il est bien plus facile d’obtenir un financement. En résumé: les financements en Angleterre pour les personnes n’étant pas de nationnalité UK/EU sont très difficiles à obtenir et il vaut mieux assurer le coup en postulant aux USA (voire dans d’autres pays).

Spécificités américaines

Aux USA, on ne commence pas directement la thèse mais on entre dans la « Graduate school ». Comme je n’ai pas envie d’entrer dans les détails, cf Google et Wikipédia.

Conseils génériques

  • D’une manière générale, le processus global prend du temps, beaucoup de temps. M’y mettre en octobre était un poil juste sur certains détails (et trop tard pour d’autres, comme le GRE mathematics).
  • Les lettres de recommandations étant très importantes, il est nécessaire de choisir des professeurs avec qui vous avez un bon contact et qui, si possible, connaissent l’université dans laquelle vous postulez (et si possible connaissent au moins un professeur sur place).
  • Prévoir du temps pour les lettres de recommandation (ne pas demander le lundi pour le jeudi ;-)). Certains professeurs peuvent proposer un rendez-vous avant d’écrire la lettre.
  • La rédaction des différents textes (notamment le personal statement) prend beaucoup de temps. Il est toujours utile de prévoir une marge pour le faire relire.
  • Pour le GRE, mieux vaut bien se préparer 😉
  • Même si la préparation pour le TOEFL est moins importante, cela vaut la peine de regarder quelques questions types. Un point à savoir est que la partie orale consiste en de très courtes réponses (entre 30 secondes et 1 minute, il me semble) et cela n’est pas forcément évident de délivrer un message clair/argumentaire en si peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *